Portugal Colonial - Top 14: Toulouse boit le calice jusqu'à la lie

Euronext
AEX -0.92% 925.23
BEL20 0.12% 3894.05
PX1 -0.56% 7628.57
ISEQ -1.37% 9414.82
OSEBX -0.17% 1406.98 kr
PSI20 -1.21% 6570.47
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 2.53% 2147.48
N150 -1.07% 3342.52
Top 14: Toulouse boit le calice jusqu'à la lie
Top 14: Toulouse boit le calice jusqu'à la lie

Top 14: Toulouse boit le calice jusqu'à la lie

Rien ne va plus à Toulouse. Le champion de France en titre a subi samedi contre la Section paloise (27-22), pourtant réduite à treize, sa sixième défaite de rang lors de la 18e journée du Top 14.

Taille du texte:

Mathématiquement, les Rouge et Noir vont bien: ils sont cinquièmes, avec un match en retard, à trois points du 7e et encore dans les places qualificatives pour la phase finale.

Mais, à Pau, les Toulousains ont purement et simplement coulé: incapables de se défaire d'une équipe en double infériorité numérique (cartons rouges pour Manu 33e et Vatubua 51e), les hommes d'Ugo Mola n'ont désormais plus gagné en championnat depuis le 27 novembre et une victoire face à Brive (18-11). 84 jours. Une éternité pour un club du standing du Stade toulousain.

A l'époque, le champion de France et d'Europe était leader du classement, avec 16 points d'avance sur le septième et premier non-qualifié.

Quasiment trois mois plus tard, cette avance a fondu comme neige au soleil, voyant les Rouge et Noir s'écrouler au classement et effacer des livres d'histoire leur pire série en Top 14 - en 2014-2015, Toulouse avait enchaîné cinq revers de rang mais avait tout de même atteint les demi-finales.

Pour parvenir à tenir la route, Ugo Mola et son staff vont devoir trouver la parade, d'autant que la dizaine d'internationaux appelés en Bleus (Dupont, Ntamack, Jelonch, Marchand, Baille, Cros...) ne vont pas rentrer de si tôt.

D'ici à début avril, les Toulousains vont en effet enchaîner un bloc de quatre matches à haut risque: devant l'UBB, le leader, puis au Stade français, contre Lyon et enfin Castres.

- Paris puissance dix -

"C'est une défaite dure à digérer. (...) C'est symptomatique de notre manque de confiance du moment. C'est compliqué de ne pas concrétiser ces temps forts. C'est évident que nous sommes inquiets. Si on ne l'était pas, on serait aveugle. Il faut que cette inquiétude nous serve pour progresser, travailler, retrouver de la confiance et gagner des matches. Qu'elle nous fasse retrouver des solutions plutôt qu'elle nous enterre. Il faut aller chercher de la révolte, maintenant ça suffit", a d'ailleurs confessé l'entraîneur adjoint Jean Bouilhou.

Dans les autres rencontres de la journée, le Stade français n'a fait qu'une bouchée de la lanterne rouge biarrote (65-19) et se relance dans la course au top 6.

Les Parisiens ont passé dix essais aux Basques, anémiques et réduits à quatorze après les deux cartons jaunes de Johnny Dyer (16e, 51e).

Ils sont désormais 7e à trois points du Racing 92, qui se déplace chez le leader Bordeaux-Bègles dimanche.

Ca va mieux aussi pour Toulon. Après une semaine mouvementée, le club de la Rade a enchaîné un deuxième succès de rang face à Perpignan (29-18). Le RCT se donne un peu d'air au classement grâce à quatre essais de Hériteau, Isa, Cordin et Danglot.

Enfin, Brive a tenu en échec Montpellier (16-16) tandis que Castres s'est offert Lyon (19-17), une nouvelle porté par l'éternel Benjamin Urdapilleta, auteur de quatorze points dont la pénalités de la victoire à quatre minutes du terme. Merci qui?

P.Cavaco--PC