Portugal Colonial - JO-2022: Papadakis et Cizeron pour l'or manquant, Hanyu pour un triplé historique

Euronext
AEX 0.96% 874.79
BEL20 0.71% 3890.71
PX1 0.81% 8105.78
ISEQ 1.05% 10066.68
OSEBX -0.03% 1339.8 kr
PSI20 1.19% 6592.89
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 2.98% 2093.61
N150 1.1% 3369.93
JO-2022: Papadakis et Cizeron pour l'or manquant, Hanyu pour un triplé historique
JO-2022: Papadakis et Cizeron pour l'or manquant, Hanyu pour un triplé historique

JO-2022: Papadakis et Cizeron pour l'or manquant, Hanyu pour un triplé historique

Quatre ans après l'argent olympique et malgré une olympiade chamboulée, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron s'avancent en favoris pour l'or en danse sur glace aux Jeux de Pékin (4-20 février) et ont concentré leurs efforts sur cette quête ultime.

Taille du texte:

Double champion olympique en titre, le Japonais Yuzuru Hanyu rêve lui de devenir le premier patineur à s'offrir trois sacres olympiques consécutifs depuis près d'un siècle. Mais gare à sa cheville droite récalcitrante, et, au-delà, au triple champion du monde en titre, l'Américain Nathan Chen.

. Papadakis et Cizeron ont "toutes les armes"

A 26 ans pour elle et 27 ans pour lui, l'or olympique, le seul qui échappe encore aux quadruples champions du monde (2015, 2016, 2018 et 2019) et quintuples champions d'Europe (2015-2019), est l'objectif N.1 des danseurs français.

Papadakis et Cizeron n'en font pas mystère: "Automatiquement, après la médaille d'argent à Pyeongchang, où on a raté de très peu la médaille d'or, on est vraiment déterminés à l'obtenir, affirme-t-il à l'AFP. C'est vraiment ça qui nous anime cette année et depuis quatre ans."

"On a gagné en maturité, on a gagné en technicité, artistiquement on est encore meilleurs: on a vraiment toutes les armes pour", estime Cizeron.

Pourtant, entre première défaite depuis près de deux ans début 2020 aux Championnats d'Europe --venue des patins des Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov, leurs principaux rivaux à Pékin--, surmenage pour elle et pandémie de Covid-19, l'olympiade n'a rien eu d'habituel. Papadakis et Cizeron sont même restés vingt mois sans patiner en compétition entre janvier 2020 et octobre 2021.

Ils en ont profité pour s'atteler plus tôt que jamais à la confection de leurs programmes olympiques. Et, depuis leur retour, ont réaffirmé leur statut de sortie en sortie.

"C'est sans aucun doute les deux programmes les plus aboutis et les plus complexes qu'on ait faits", résume Papadakis.

"Il y a eu plus de réflexion, de temps de travail. On a pris le temps de prendre le temps, explique à l'AFP leur entraîneur Romain Haguenauer. Je pense qu'on est arrivés à quelque chose d'optimal pour ces JO."

La glace française n'a plus connu l'or olympique depuis vingt ans (Anissina et Peizerat déjà en danse sur glace en 2002).

. Hanyu-Chen, duel de haut vol

"Les Jeux olympiques ne sont pas une exhibition. C'est l'endroit où il faut gagner", a rappelé Hanyu il y a un mois.

Comme il y a quatre ans, le gracile Japonais s'attaque à un défi historique: après le premier doublé olympique depuis plus de six décennies, le premier triplé depuis 94 ans exactement (Gillis Graström en 1920, 1924 et 1928).

Mais comme il y a quatre ans, l'état de sa cheville pose question. Blessée en novembre à l'entraînement, elle l'a empêché de patiner en compétition cet hiver, à l'exception des Championnats du Japon fin décembre.

Réussira-t-il à s'en relever juste à temps une seconde fois? Réponse les 8 et 10 février.

L'autre os, pour Hanyu, s'appelle Chen. A 22 ans, l'Américain, à l'origine de l'accélération de la course aux quadruples sauts depuis six ans et sacré champion du monde en 2018, 2019 et 2021, est le roi de l'olympiade qui s'achève: il est resté invaincu pendant trois ans et demi entre le printemps 2018 et octobre dernier et il ne s'est plus incliné face au Japonais depuis les JO-2018 (5e).

"Extrêmement déterminé", Hanyu fourbit une arme potentiellement fatale pour lui tenir tête: le quadruple Axel, le plus complexe des "quads" puisqu'il s'agit en fait de faire quatre tours et demi en l'air, jusque-là jamais réussi par personne en compétition.

. Valieva, la toupie russe

A 15 ans et pour son premier hiver en seniors, Kamila Valieva, sacrée championne d'Europe mi-janvier, est invaincue et s'est emparée des trois records du monde de notes (programme court, programme libre, score total).

Comment? A coup de "quads" en série, qui ont déboulé dans le patinage féminin au fil de l'olympiade.

"Elle est incroyable. Personne ne peut nier que ses capacités athlétiques sont juste extraordinaires", admire le patineur américain Jason Brown.

Avec ses deux autres "quad girls" Anna Shcherbakova et Alexandra Trusova, 17 ans et produits comme Valieva de l'usine à championnes moscovite de la sévère Eteri Tutberidze, la Russie peut même rêver de triplé.

. Les Chinois face au défi russe

Doubles médaillés d'or mondial (2017 et 2019) et vice-champions du monde et olympiques sortants, les Chinois Wenjing Sui et Cong Han ont les moyens d'apporter au pays hôte la plus précieuse des médailles. Mais gare au trio de couples russes en lice, mené par Anastasia Mishina et Aleksandr Galliamov, champions du monde et d'Europe en titre.

J.Pereira--PC