Portugal Colonial - JO-2022: les étoiles des sports d'hiver à suivre à Pékin

Euronext
AEX -1.14% 922.73
BEL20 -0.4% 3990.4
PX1 -0.27% 7559.56
ISEQ -0.52% 9757.79
OSEBX -0.08% 1424.21 kr
PSI20 0.26% 6793.21
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 0.68% 2401.01
N150 -0.03% 3374.56
JO-2022: les étoiles des sports d'hiver à suivre à Pékin
JO-2022: les étoiles des sports d'hiver à suivre à Pékin

JO-2022: les étoiles des sports d'hiver à suivre à Pékin

Yuzuru Hanyu, Eileen Gu ou encore Mikaela Shiffrin, qui pourraient être les stars des Jeux olympiques 2022 de Pékin (4-20 février), n'auront plus, vendredi, qu'une semaine à patienter avant la cérémonie d'ouverture.

Taille du texte:

. Yuzuru Hanyu (JPN/patinage artistique)

A 27 ans, Yuzuru Hanyu part en quête d'une performance rarissime: être sacré champion olympique de patinage artistique trois fois d'affilée, après 2014 et 2018. Seul un patineur, le Suédois Gillis Grafström, et une patineuse, la Norvégienne Sonja Henie, ont signé un tel exploit dans l'entre-deux-guerres. Mais le Japonais est perturbé par une blessure à une cheville. Pour sa première compétition depuis avril, Hanyu a fait forte impression fin décembre en survolant les Championnats du Japon. Mais le favori à Pékin sera bien l'Américain Nathan Chen, 22 ans et triple champion du monde en titre à coups de quadruples sauts. Chen a toutefois débuté sa saison avec son premier revers depuis trois ans et demi au Skate America, le premier Grand Prix de la saison, avant de se rassurer en s'adjugeant la semaine suivante le Skate Canada.

. Eileen Gu (CHN/ski freestyle)

Show tout-terrain: Eileen Gu a tout pour devenir l'un des visages des JO-2022. Cette Californienne de 18 ans, née d'un père américain et d'une mère chinoise, représente depuis juin 2019 la Chine. Championne du monde en mars de slopestyle et de half-pipe, elle est aussi capable de gagner en big air. Cet hiver, elle a remporté cinq des six épreuves de Coupe du monde qu'elle a disputées (quatre en half-pipe, une en big air). La freestyleuse, que la presse chinoise surnomme affectueusement "Princesse Grenouille", en référence à son casque vert, est également une brillante étudiante qui intégrera l'université de Stanford l'an prochain, et fait la mannequin à ses heures perdues.

. Mikaela Shiffrin (USA/ski alpin)

En quête d'une troisième médaille d'or consécutive (slalom en 2014, géant en 2018), Mikaela Shiffrin n'a pas fait de détails depuis le coup d'envoi de la Coupe du monde 2021-22: 10 podiums, dont quatre victoires, qui l'ont propulsée en tête du classement général. Elle n'est plus qu'à 13 unités du record de victoires du légendaire Suédois Ingemar Stenmark (86). La star du ski mondial, déjà triple lauréate du gros globe de N.1 mondiale (de 2017 à 2019), semble avoir tourné la page de son triste hiver 2019-20, marqué par le décès soudain de son père, la pandémie de Covid-19 et une blessure au dos. L'Américaine a renoué cet hiver avec la descente et le super-G, avec pour ambition de participer aux cinq épreuves individuelles au programme des JO. Et cinq médailles à la clef?

. Chloe Kim (USA/snowboard)

Née aux États-Unis de parents sud-coréens, la snowboardeuse a été l'un des visages des JO de Pyeongchang en 2018, à seulement 17 ans, en remportant l'or en half-pipe, acclamée par les spectateurs locaux. Kim a depuis gagné l'or mondial dans cette même épreuve en 2019 et 2021. Privée des JO-2014 en raison de son trop jeune âge, elle est devenue en 2016 la première femme à enchaîner deux 1.080°, soit trois tours complets. En avril, elle a révélé être victime chaque jour de dizaines d'insultes racistes sur les réseaux sociaux, sur fond de vague de violences anti-asiatiques aux Etats-Unis.

. Shaun White (USA/snowboard)

A 35 ans, il reste l'icône du snowboard avec ses trois titres olympiques (2006, 2010, 2018) en half-pipe et disputera à Pékin ses 5e et probablement derniers JO. Malgré sa fortune, une grave blessure en 2017 et ses nombreuses activités annexes (musique, cinéma, organisations d'événements de sports extrêmes), White est déterminé à décrocher une 4e médaille d'or. Surtout qu'il reste sur un échec: il voulait participer aux JO de Tokyo en skateboard, mais n'a pas décroché sa qualification.

A.Magalhes--PC